Emily Jane White au Rocher de Palmer : la force tranquille d’une déesse folk

par | 16 Fév 2020 | Tasse de thé culturelle | 0 commentaires

Jugeote, auréolée de sa casquette de rubrique culturelle de Serial blogueuse, avait envie d’écouter de la bonne musique. Ça tombait bien, jeudi dernier, le 13 février 2020, Emily Jane White donnait un concert au Rocher de Palmer.

En première partie, Queen of the Meadow, une version remasterisée locale de Joni Mitchell. Un duo folk composé d’Helen Ferguson et de Julien Pras (leader du groupe culte Calc entre autre, voilà pour le CV) proposera un set toute en délicatesse et en harmonies vocales enchanteresses. De la très belle ouvrage pour mes oreilles comblées !

Emily Jane White, bordelaise de coeur

Puis vint le tour d’Emily Jane White. Américaine californienne quasiment bordelaise d’adoption, puisque signée chez l’excellent label bordelais Talitres.

Entre folk et blues, la songwriter venait pour l’occasion nous faire partager sa sixième galette, « Immanent Fire« , sorti l’an dernier. Et comme toujours avec elle, bercés nous fumes par sa voix grave si singulière qui apporte tant à son univers sombre et intimiste :

Peinture d’une société aveugle au chaos qu’elle engendre.

Ce fut un excellent moment passé, je peux vous l’affirmer, en compagnie de deux approches différentes de la folk, celle classique et classieuse de Queen of the Meadow et celle plus organique d’Emily Jane White, dont voici quelques traces en noir et blanc.

Partager Sur

Jugeote animera les tables rondes du

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

À découvrir

AUSSI